francais

mme esters, gérante de boutique à maastricht: une liaison ferroviaire directe serait fantastique

Wendy Esters est la gérante de la boutique Marc Cain dans la rue Plankstraat, dans le quartier de la Stokstraat à Maastricht. Une grande partie de la clientèle est constituée de Belges et d’Allemandes, qui viennent presque toutes en voiture parce qu’il n’y a pas de bonnes liaisons de transport public. « Une liaison ferroviaire directe serait fantastique ».

Depuis plus de 16 ans, Wendy Esters est la gérante de l’implantation de Marc Cain à Maastricht, une boutique de mode féminine du segment supérieur. Tous les jours ouvrables, elle fait la navette entre son domicile à Hasselt et Maastricht. « En voiture oui, comment faire autrement ? Ce n’est pas possible en bus, cela prend presque une heure, et le train n’est pas du tout une option. Mon patron, le propriétaire de la boutique, paie plus de 200 euros par mois pour une place de parking. Cela fait longtemps que l’on parle d’une liaison directe par tramway entre Maastricht et Hasselt, et j’espère vraiment qu’il y en aura une. Me rendre relax à mon travail, ne pas devoir chaque fois entrer et sortir de la ville avec les bouchons, ce serait vraiment idéal ».

Visiteurs d’un jour

Ces dernières années, Wendy Esters et son équipe accueillent de plus en plus de clients étrangers dans la Plankstraat. Maastricht est devenue une véritable ville touristique. « Je pense que le nombre de visiteurs continue d’augmenter, des gens qui restent pour un week-end ou quelques jours en semaine, et bien sûr beaucoup de visiteurs d’un jour. C’est une bonne chose pour nous commerçants, bien sûr, car ils viennent faire du shopping, entre autres. Mais nous avons aussi une clientèle régulière qui vient nous acheter des vêtements de manière ciblée. Marc Cain est à l’origine une marque allemande avec des vêtements de luxe pour femmes. Le dimanche, en particulier, de nombreuses personnes des régions frontalières allemande et belge viennent chez nous. Aussi beaucoup de Wallonnes de Liège. Elles viennent pour la convivialité de la ville, pour acheter des vêtements et manger un morceau, ou pour prendre un verre en terrasse. C’est précisément ce groupe que j’entends parfois se plaindre de l’agitation de la ville. »

Stationnement

« Elles ne parlent pas de la cohue dans les rues. Dans le quartier de la Stokstraat, ça va encore. Non, elles sont agacées par la recherche d’une place de parking et se plaignent parfois de devoir payer des dizaines d’euros dans les parkings. Pour elles aussi, les transports publics ne sont généralement pas une option. Avec le train de Liège, c’est possible, mais la connexion est mauvaise et le matériel roulant n’est pas très bon. D’Aix-la-Chapelle à Maastricht, c’est aussi une sacrée entreprise avec des correspondances et des temps d’attente. En fait, mes clientes ne me disent jamais qu’elles sont venues en train ou en bus. »

Accessibilité

Que pense la gérante de la boutique du projet de liaison ferroviaire directe entre Liège et Aix-la-Chapelle avec Maastricht et Heerlen comme gares intermédiaires ? « Ce serait fantastique. L’accessibilité est un point très important pour une ville. Maintenant que le tunnel Willem Alexander est terminé, Maastricht est très accessible en voiture. De meilleurs liaisons ferroviaires rendraient la ville encore plus attrayante. Je pense que davantage de visiteurs ne prendraient plus la voiture, certainement en ce qui concerne les visiteurs d’un jour. Cela voudrait bien entendu dire moins de trafic, moins de pollution et moins de pression en matière de stationnement. Ce serait une bonne chose. »

Si le train direct entre Liège, Maastricht et Aix-la-Chapelle entre en service, Wendy Esters estime qu’il est important d’investir dans la communication. « Les gens doivent savoir que cette option existe. Je veux bien coopérer dans ce domaine, par exemple en distribuant des dépliants et en partageant des nouvelles par le biais des réseaux sociaux. Je pense que mes collègues de l’Association des entrepreneurs du Centre de Maastricht pensent la même chose. Nous bénéficions tous d’une clientèle satisfaite ; l’accessibilité est certainement un facteur déterminant à cet égard.